Pourquoi sommes-nous engagés dans une démarche de soutien au Président Jean PING ?

1 – Jean PING est le Président élu de la République depuis le 27 août 2016.

En effet, lors de cette élection présidentielle, le peuple gabonais a élu Jean PING, par conséquent, il a la légitimité du peuple gabonais pour prendre le pouvoir et gouverner.

2 – Jean PING continue de revendiquer sa victoire de l’élection présidentielle du 27 août 2016.

On peut noter que Jean PING n’a pas abandonné l’objectif de départ qui est d’être Président de la République, car c’est la mission qui lui a été confiée par le peuple gabonais.

3 – Jean PING n’est pas soutenu par la France.

Au vu des 4 années de résistance à la suite de l’élection présidentielle du 27 août 2016, on peut affirmer que Jean PING n’est pas le choix de la France. Car, lors du bombardement du quartier général de Jean PING, la nuit du 31 août au 1er septembre 2016, l’armée française située en face du quartier général de Jean PING n’a rien fait. Elle a seulement laissé le peuple gabonais se poser la question: « Pourquoi ? ».

Après les massacres et les arrestations arbitraires qui ont commencé dans la nuit du 31 août au le 1er Septembre 2016, Jean PING et la Résistance gabonaise ont posé toutes les actions pacifiques possibles au niveau national et international. Mais la France continue de soutenir le dictateur Ali BONGO au lieu de faire le choix d’une démocratie réelle avec un président choisi et élu par le peuple.

4 – Jean PING est un choix stratégique

Nous considérons que Jean PING est le moyen qui va nous permettre de faire la transition entre cette ancienne génération victime de la pensée coloniale, qui respecte un peu trop la France colonisatrice alors que celle-ci ne la respecte pas en retour, et cette nouvelle génération qui se veut panafricaine et dans une démarche d’autodétermination. Avec la légitimité de Jean PING et sa méthode qui se veut pacifique et diplomatique, on peut éviter une guerre civile au Gabon.

Nous savons qu’en période d’instabilité, les multinationales, bénéficiant d’une économie de guerre, pourront continuer à piller encore plus les richesses du sol et du sous-sol gabonais. Les seules victimes de ce conflit seront les populations vivantes au Gabon. Éviter la guerre civile, c’est préserver nos droits souverains. Cela parait compliqué, mais d’autres l’ont fait, alors, nous aussi on peut le faire. Jean PING est un choix stratégique, et le peuple gabonais ne s’est pas trompé en le choisissant le 27 août 2016.

Bien que le Président Jean PING, homme de paix et diplomate, continu de négocier avec la France pour la Restitution du Pouvoir acquis à l’élection présidentielle du 27 août 2016, nous pensons qu’il ne faut pas attendre une aide du gouvernement français. Car, jamais, un gouvernement français n’apportera cette aide, puisqu’il existe toujours une cellule stratégique de la Françafrique qui maintient les dictatures au pouvoir pour empêcher la souveraineté des peuples d’Afrique noire en général, et du Gabon en particulier.

Pour aller au bout de ce combat pour la libération et la souveraineté du Gabon, nous avons besoin de tout le monde. Il en va de notre devoir en tant que citoyen.

Dans le combat pour la souveraineté politique du Gabon, nous avons choisi Jean PING comme porte étendard depuis le 27 août 2016. S’il avance, on le suit. S’il s’arrête, on le pointe. S’il recule, on le tue nous-même. Et s’il meurt, on enjambe son corps et on continue la lutte comme il continue de le marteler.

« Là où il y a une volonté, il y a un chemin. »